Randspalte

Inhalt

La mangue de Mao – culte des masses durant la révolution culturelle

  • 15 février – 16 juin 2013

    Affiches représentant le président Mao devant une parade

    Juin 1969, impression polychrome sur papier
    72,0 x 106,3 cm
    Museum Rietberg Zürich
    Don Alfreda Murck
    Photo: Rainer Wolfsberger

     

    Comment peut-on avoir l’idée de plonger une mangue à demi pourrie dans du formol et de l’admirer comme un objet de grande valeur? Pourquoi porte-t-on des reproductions de mangues en cire lors des processions et les vénère-t-on comme des objets religieux? Comment un simple fruit peut-il incarner un message politique fort? L’exposition raconte l’histoire d’un symbole de propagande insolite durant la grande révolution culturelle prolétarienne (1966–1976) en Chine. En 1966, Mao Zedong lance la révolution culturelle sous la forme d’un mouvement populaire: l appelle les collégiens et les étudiants à créer une nouvelle société et à éliminer tout vestige du passé. Les jeunes gens acceptent avec enthousiasme cet ordre – très vite, le pays tout entier sombrera dans le chaos. Deux ans plus tard, Mao décide de soumettre à nouveau le mouvement au contrôle du parti. Officiellement, il annonce toutefois que, désormais, tout sera dirigé par les ouvriers. Juste à cette époque, Mao reçoit une caisse de mangues, cadeau du Ministre de l’extérieur pakistanais. La nuit même, il fait distribuer ces fruits exotiques à des ouvriers. En un rien de temps, les mangues deviennent un symbole de la bonté et de la sollicitude de Mao et feront l’objet d’une vénération cultuelle. Ce symbole passe rapidement dans la culture populaire – il décore des tasses, des coupes, despaquets de cigarettes, des écussons, des couvertures et autres objets d’usage courant. Durant une année, la Chine est en proie à la «fièvre de la mangue». Puis, ce fruit disparaîtra sans tambour ni trompette du répertoire de la propagande officielle.

Agenda

Agenda