Randspalte

Inhalt

Jean Climaque (vers 575–après 650)

  • L'échelle du Paradis

    Jean Climaque - dit aussi Jean le Sinaïtique - ermite, moine et abbé du monastère de Sainte-Catherine sur le mont Sinaï, doit son surnom de «Climaque» (du gr. klimax, échelle) à son ouvrage L'Echelle sainte. Ce manuel destiné à l'édification des moines décrit comment la lutte contre les passions et les vices conduit à la paix de l'âme et à l'union avec Dieu.

    Jean Climaque décrit cette voie comme la montée difficile et périlleuse d'une échelle qui conduit du monde terrestre au monde céleste et permet de découvrir Dieu une fois qu'on l'a gravie. L'échelle de Jean Climaque possède trente échelons qui symbolisent les années de vie de Jésus jusqu'à son baptême.

    La condition requise pour entreprendre cette ascension est d'avoir rompu avec le monde. Cela signifie une vie dans l'isolement, le renoncement à toutes choses, l'obéissance à son maître spirituel ainsi que la pénitence pour expier les fautes commises (1er au 8e degré). Durant la montée des quinze degrés suivants, les initiés doivent lutter contre les passions.

    Tout au long de cette phase (du 9e au 23e degré), des démons sont à l'affût, essayant de précipiter les négligents dans l'abîme. La douceur, l'humilité et la pureté de coeur conduisent à la sérénité de l'âme (du 24e au 27e degré). Le «Ciel de l'esprit, intérieur au coeur» s'ouvre à ceux qui prient sans trêve et ont réussi à éteindre en eux toute passion. L'amour enfin, degré ultime, marque l'accomplissement suprême, car il signifie la ressemblance avec Dieu et ouvre les portes du Paradis (du 28e au 30e degré).

Agenda

Agenda